Gestion des déchets, comment ça marche ?

Il faut mettre en œuvre des moyens de recyclage ou de récupération de déchets. En fait, la gestion des déchets se conforme à la sélection des déchets, à leur ramassage, à l’acheminement, au traitement ou au stockage des déchets. Tous ces gestes au quotidien doivent être automatiques et permettre de diminuer la production de déchets de chaque ménage.

Établir une filière de gestion des déchets  

La gestion des déchets fait partie des questions fondamentales pour le futur. Effectivement, sur la majorité des ménages en France, il y a 26.000.000 tonnes d’ordures tous les ans. En France, la création d’ordures augmente d’à peu près 1% pour une année. La quantité des ordures par personne en France est de presque 600 kilos en 2004. Environ 45% de ces ordures sont récupérables tels que les papiers emballages ou les verres. Et cela, sans être considéré par le ramassage sélectif. 35% des ordures ne sont pas recyclables et 20% sont putréfiables (cuisine, jardin). Tandis que 44% des ordures sont réduites en cendre et juste 13% sont récupérés. Il faut alors mettre en œuvre des moyens pour en recycler ou récupérer de ces ordures. En fait, la gestion des déchets se conforme à la sélection des ordures, à leur ramassage, à l’acheminement, au traitement ou à l’entreposage des ordures. La théorie des 3R : Réduire-Réutiliser-Recycler, implique une opération collective, de réemployer les ordures comme la consignation des bonbonnes en plastique, le recyclage de ces déchets grâce au traitement des éléments, transformation d’énergie par les centrales géothermiques. Pour plus d’infos, cliquez ici. 

Établir une filière de gestion des déchets : comment ?

La loi de l’environnement évoque 4 règles importantes pour une bonne gestion des déchets. Elles s’adressent au recyclage, à la prévention, à l’incinération, au stockage ainsi qu’à la valorisation pour une élimination des déchets. Effectivement, diminuer dès le début de production la quantité et la qualité de déchets et d’emballages. Leur toxicité peut agir sur la création, mais aussi sur la répartition des produits. Sur ce sujet, on peut anticiper la publication de 2005 d’une prospection, par l’ADEME. C’est la campagne incitant à réduire les déchets. Cela s’effectue en agissant avec les fabricants et avec les usagers, avec les prospections qui les sensibilisent. Il faut sélectionner des articles avec le minimum d’emballages possible. Il faut également employer des sacs qu’on peut réutiliser, identifier l’écolabel et échanger ou vendre le produit d’occasion. Valoriser la règle de proximité afin de réduire l’acheminement en parcours. Effectivement, l’établissement d’une technique de gestion des déchets décentralisée est maintenant utile. Elle est indispensable à une transformation des ordures plus déterminée, selon l’origine de ces déchets. 

Maximiser le ramassage sélectif des ordures

Maximiser le ramassage sélectif des ordures grâce au système de recyclage des ordures, par la récupération des éléments réutilisables. Il y a la dasri collecte. Réaliser une présélection des déchets pour les entraîner vers le lieu adapté. La décharge (ensevelissement des ordures non recyclables), l’incinérateur (système servant à détruire des ordures par combustion), la valorisation des énergies (réutilisation de l’énergie électrique émise par l’incinération des ordures), la déchèterie (mise à disposition par les associations pour que la population puisse y mettre elle-même ses ordures. Par la suite, elle est entraînée en fonction de son type vers une filière de récupération, de valorisation ou un lieu d’enfouissement), la filière de récupération. Sensibiliser la population, les élus ainsi que les syndicats locaux concernant les conséquences des ordures sur l’environnement et sur la santé publique. En entraînant l’usager vers des attitudes plus respectueuses de la nature, les politiques publiques de prévention donnaient la possibilité de faire réduire réellement la quantité d’ordures. Il est important de réduire l’acheminement en grande quantité de déchets.