Qu’est-ce que l’assurance jeune conducteur ?

L’assurance automobile pour les jeunes conducteurs est un sujet récurrent. Mais cette offre coûte souvent une fortune et, en tant que nouveau conducteur, il convient d’être bien informé pour éviter les mauvaises surprises et choisir la bonne compagnie de couverture.

Comprendre l’assurance jeune conducteur

Aucun du Code de la route et des assurances ne précise de manière explicite la signification du terme « jeune conducteur ». Ce statut est toutefois indispensable pour être capable de mesurer le degré de maturité de la personne qui se trouve derrière le volant de son véhicule. En principe, les jeunes conducteurs désignent les individus qui sont détenteurs d’un permis de conduire délivré depuis une période inférieure à 3 ans ou 2 ans (pour ceux qui ont opté pour une conduite accompagnée).

  • Mais cette sectorisation concerne également tous ceux qui n’ont pas été couverts par une assurance durant les trois années précédentes. À l’évidence, les usagers de la route non assurés en leur seul nom ou en tant que conducteur subsidiaire entrent dans cette catégorie. On y retrouve aussi : les personnes qui ont utilisé — au cours des 3 dernières années — un moyen de transport de l’entreprise en tant que conducteur, sans être mentionné à ce titre sur l’accord ;
  • Les individus qui ont dû se soumettre à nouveau à tous les examens écrits et pratiques en raison de la révocation de leur permis de conduire.

Il est important de rappeler qu’un automobiliste se doit d’être assuré.

Si par exemple, un jeune conduit le véhicule de ses parents, ceux-ci doivent le signaler auprès des assureurs, tels que Netvox Assurances, comme conducteur secondaire.

Pour une assurance auto jeune conducteur, les néophytes ont tendance à avoir plus d’accidents que les autres classes d’automobiliste.

La durée du statut de jeune conducteur

Durant une période de combien de temps une assurance automobile en France reconnaît-elle un automobiliste en tant que jeune conducteur en vous imposant une majoration de la prime d’assurance ? La réponse à cette interrogation constitue un corollaire de la définition de la période de permis probatoire expliqué un peu plus haut.

On considère que la personne est un jeune conducteur néophyte dans les 3 ans qui suivent la délivrance de son permis de conduire voiture (ou moto) ou si on n’a pas d’engagement d’assurance de moins de 3 ans comme conducteur auxiliaire ou régulier. Dans cette situation, on doit obligatoirement adhérer à une assurance auto jeune conducteur.

Les tarifs de l’assurance jeune conducteur

L’augmentation du tarif de l’assurance auto jeune conducteur suppose que l’on comprenne le mode de calcul de la prime. Les assureurs se basent sur le pourcentage de probabilité d’accidents commis par un débutant. Elles estiment que les individus disposant de très peu d’heures de conduite encourent davantage de dangers. Elles prévoient donc une surprime. Ce supplément correspond à 100 % des frais la première année. La deuxième année de conduite, la surprime se chiffre à 50 % et à 25 % la dernière année.

Pour réduire cette majoration, on peut opter pour la conduite supervisée. En outre, au fil des mois, cette solution pourrait contribuer à la division par deux du supplément de prime au cours de la dernière année de la période de test. Un automobiliste expérimenté dirige le jeune conducteur pendant le temps du pilotage. Ainsi, la compagnie d’assurance réduirait le délai à deux ans au lieu de 3. En revanche, à terme, cette solution pourrait contribuer à une diminution, de moitié, de la majoration pendant de l’ultime année.

Dans le cas où le jeune conducteur se déclare auprès de l’organisme en tant que conducteur secondaire, il peut bénéficier d’une réduction ou d’une suppression de la majoration sur son assurance auto jeune conducteur. Le tarif commence à 11 €/mois. Le devis varie d’une assurance à une autre, mais vous pouvez vous adresser aux différentes compagnies d’assurance pour comparer les propositions.

Les pièges à éviter

Bien que les jeunes conducteurs soient considérés comme des dangers ambulants, si une personne conduit prudemment ou ne possède pas une voiture puissante, l’assurance tous risques n’a que peu de valeur. Il peut se contenter d’une assurance responsabilité civile. Cette alternative est plus économique.

Il doit renforcer sa protection. Plus il est difficile de voler la voiture, moins elle représente un risque. Cette démarche signifie généralement des tarifs d’assurance plus bas. La plupart des voitures fabriquées après 1997 sont équipées d’un système d’immobilisation du moteur et d’une alarme. L’ajout d’un traceur ajoute un niveau de sécurité supplémentaire.

Pour confronter les différentes offres d’assurance auto jeune conducteur, l’intéressé peut utiliser un comparateur de prix d’assurance. Le processus est assez simple et évite de devoir contacter de nombreuses compagnies pour se renseigner sur les différents devis et options. Il suffit d’entrer quelques indications sur la plateforme pour recevoir la bonne proposition de couverture de la part de multiples organismes. Les données fournies sont destinées à évaluer la probabilité de risque pour l’automobiliste. En quelques minutes, chez lui ou dans son bureau, il trouvera un tarif pertinent. La mise en concurrence des divers contrats permet de mettre en avant plus facilement les garanties et les exceptions.

Words: 6

Characters: 40

0 Links

0 Links